The Birat Family Chronicles..

Les tribulations d'une famille éparpillée...

Author: Jean-Pierre (page 1 of 29)

火曜日 17 octobre

Lundi, c’est le jour de fermeture des musées au Japon, avis à la population voyageante.

On a rencontré Mizoguchi, 76 ans,  et Matsumiya, 68 ans, les jeunes qui m’avaient accueilli en 1986 à Hiyoshi.  Comme j’ai dit hier, les gens ne changent pas.

Come la viste du musée national était impossible, on est allé au musée Suntory (si, si, celui qui fait du whisky !). Belle   exposition de paravent et de portes coulissantes décorées par la dynastie de peintres Kano, qui a sévi pendant 400 ans, comme les familles d’acteurs de Kabuki ou de l’opéra de Pékin. J’essayais de trouver une logique à ce comportement,  à chaud hier, mais le plus évident ne l’a pas sauté aux yeux : la peinture n’était pas un art au sens moderne du terme, mais une forme d’artisanat, donc transmissible dans une famille par le travail et la rigueur et pas lié au « talent » de quelle monstre surdoué. La différence par rapport à l’Europe, c’est que quand les artistes n’étaient pas nommés (jusqu’au 14è ou 15è siècle à peu près), on ne pouvait bien entendu pas analyser de telles familles à supposer qu’elles aient existé.

Le plus célèbre des Kano a été Kano Monotobu (狩野元信). 

Dessins à la brosse ou à la plume, impossible à distinguer de ce que faisaient les Chinois, que le Japon a commencé par copier avec application.  Un sens des paysages que les peintres européens n’avaient pas encore à l’époque (ça a commencé au 14è siècle), mais des paysages un peu rêvés, représentant le sud de la Chine et pas vraiment le Japon. Des nuages opportuns, qui permettent de changer de scène et de construire des scènes très « busy », surtout avec des oiseaux.  Puis, ils ont basculé vers le style Yamato-é, donc japonais, avec de la couleur et des nuages… dorés ! Ils ont même viré dans la religion, ce qui était le seul fond de commerce des européens au Moyen Age. 

La matin, sous la pluie, on a visité le Sanctuaire Meiji, donc le temple où l’empereur Meji et sa royale épouse sont vénérés pour leur statut divin, acquis à leur mort.

Sympa de parler à Mélissa hier à Face Time, mais notre liaison wifi était pourrie ! Mercure oblige…

On prend l’avion demain matin à Hanneda à 10:35 et on arrive à 16:10 à CGD.

Papi

月曜日 16/10

On a quand même 7 heures d’avance sur vous, ça devrait nous permettre de poster en premier, donc avec des photos.

Arrivés à Tokyo aux aurores, samedi matin. Grosse surprise avec l’hôtel Mercure, qui est un business hotel de la plus basse catégorie ! J’ai pas passé assez de temps à choisir l’hôtel ici, lors qu’à Kobe tout était pré-réservé avec un goût parfait. On survit quand même, sauf qu’il pleut, une pluie fine qui oblige à tenir un parapluie et à porter le pull sous la veste. Les villes perdent une partie de leur charme quand le soleil n’est pas là.

Le théâtre de Kabuki, à Ginza

Hier, nous sommes allés voir les Ohno avec les successions de trains de banlieue qui mènent chez eux. On a aussi redécouvert comment ils notent les adresses: Ikegami 6-39-13, c’est le 6 chome, le bloc 39 et la 13ème maison dudit bloc; on a fait tout le tour du bloc avant de la trouver. Le quartier a tellement changé, que je ne reconnais rien du tout !

Hello Mamie, hello Kitty!

Les Ohno sont comme nous, ils n’ont gère changé, LOL. On a parlé de ce qu’on faisait tous (continuer à travailler) : il a déclaré que le travail pour nous était un hobby, quand on lui a expliqué qu’on n’envisageait pas de raccrocher  – assez bonne analyse. Puis une partie de ses enfants et de ses petits enfants sont arrivés, il en a 6, 3 et 3. Ses filles ont su faire mieux que lui en matière d’égalité des genres.

Toujours de bon conseil, ces Japonais !

On a envoyé des photos des enfants à tout le monde par mail.

Les gosses sont très beaux, comme tous les enfants. Les deux grands sont ceux de Yuka et les plus petits ceux de Rié.  Il reste encore Yuki à marier. Elle a un beau visage japonais. Bon , je n’en fais pas trop…

Aujourd’hui, c’est Mizoguchi et les anciens collègues de Nippon Steel. Encore de l’apnée dans le passé.

Demain soir on ira manger un shabby-shabu.

Bonne semaine à tous. On se voit vendredi soir, n’est-ce pas ?

Papi, re-tatamisé.

Mardi 10 octobre 2017

On sort de la douche.

Joli chambre à Kobe. Après un vol assez court dans un avion tout neuf, un A 350 de FINNAIR et une classe affaire moderne genre on peut s’allonger complètement à condition qu’on ait envie de dormir.  Bref, si on doit voyager, c’est une façon assez douillette le faire.

On est quand même cuits.

Peppa a pas trop aimé le voyage. Dans un sac, le confort des propriétaires du sac ne l’a pas trop affectée.

Jeudi 7 Septembre

Google a refusé d’envoyer cette photo pour geek depuis hier !

Papi
Le

C’est la vraie rentrée, celle des enfants !

Sauf pour Peppa et son frère, que le maire de Semécourt n’a pas voulu inscrire à l’école !

Bonne journée à tous !

Papi

Mercredi 23 août

For sale: Baby shoes, never worn.
—Ernest Hemingway
Longed for him. Got him. shit.
—Margaret Atwood
Without thinking, I made two cups.
—Alistair Daniel
Revenge is living well, without you.
—Joyce Carol Oates

Les meilleures histoires de 6 mots ! Mieux qu’une nouvelle. Narrative en cherche de nouvelles ! Tous à vos plumes.

Je ressors aussi mes meilleures photos de vacances. Ca c’est la plus belle photo de Peppa !

Du haut du viaduc de Glénic.

Ici c’est tout nuageux et on avait l’impression que le jour ne voulait pas se lever !

Bonne journée !

Papi

Lundi 17 juillet

Calligraphie éphémère : c’est de l’eau !

Le palais ou temple des lamas tibétains.
Un palais impérial en miniature… enfin qui reste impressionnant !

On se lève, on boucle la valise et on s’en va !

Bises,

Papi

Dimanche 16 juillet

Dernier jour. Il est temps de rentrer à la maison !

On s’est payé deux jours de culture, avec d’abord une soirée au théâtre pour voir de l’opéra de Pékin.

Aujourd’hui, on a fait  une visite des quartiers nord de la ville, le lac Bohai, les tours du tambour et de la cloche et le temple des Lamas.  Avec en prime plein de Hutongs.

Le lac s’appelle de fait la mer, car les empereurs mongols en arrivant à Pékin n’avaient jamais vu autant d’eau ! Il y a 3 lacs. Le plus petit est privatisé et le premier ministre y  a ses bureaux.

Je voulais charger d’autres photos, mais visiblement, il ne veut pas en prendre plus !

Bises à tout le monde. On quitte l’hôtel à 6:20, donc minuit vingt chez vous.

On arrive à CDG vers 13:50.  AF 0125.

Samedi 15 juillet

Il est 14h30, ici. Nous avons marché dans le quartier, collectant de beaux caractère le long du chemin. Moi je les photographie, et mamie les cherche dans PLECO, de sorte qu’on avance à 1 km/h.

Collectionneuse de caractères chinois en action !

Quelques caractères prêts à être moissonnés.

On a trouvé un Mac Do en chemin, et on a succombé à l’appel de la mondialisation, car la bouffe chinoise, deux fois par jour, si bonne soit-elle, ça gonfle un peu ! 50 Yuan pour deux menus, qui dit mieux ?  Ca fait 3,50 € !

Un vase monumental qui orne le lobby de l’hôtel

Ce soir, on va nous sortir au théâtre où on va voir l’opéra de Pékin.

Nos connections internet déconnent et toutes les photos que j’ai essayées d’envoyer depuis plusieurs sont restées en attente dans mon ordi ou celui de maman. Peppa n’est pas contente car ses photos à elle sont aussi en attente !

Vendredi 14 juillet 2017 BEIJING 北京

J’ai essayé de regarder le défilé mais de si loin, ça parait surréaliste. Trump a l’air de s’ennuyer !

On est allé se balader en ville, aujourd’hui, en prenant le métro, comme des grands sans assistance. Les gens sont très polis et donnent leur place à maman, voire à moi.

On a vu la place Tiananmen de loin, car on a préféré faire le tour de l’opéra, une espèce d’oeuf posé sur un lac.  En face du palais du peuple… qu’on n’a pas le droit de photographier, donc attention dans quelle direction on pointe son objectif !

On a déjeuné dans un vieux restaurant qui ressemblait au palais de l’empereur, puis on a essayé de trouver des hutong, avec un succès mitigé.

On part dîner.

Older posts