The Birat Family Chronicles..

Les tribulations d'une famille éparpillée...

Date: 19 février 2009

Greenpeace

Je me suis bien amusé aujourd’hui et j’ai joué au ping pong avec le mec de Greenpeace qui est venu nous raconter ce que son organisation pensait du CCS. Pas grand chose de bon en fait…

La dialectique est complètement totalitaire :

1. je crois que le réchauffement global est le principal problème auquel l’humainté doit faire face.

2. je crois que le CCS est dangereux, ne servira à rien, coûtera trop cher et détournera le public des choses qu’il faut vraiment faire, i.e. des énergies renouvelables.

3. donc, voilà la liste des précautions à prendre, qui à elle seules suffisent à tuer le bébé.

Complètement faux-cul ce raisonnement !

Les gens ont essayé de lui démonter ses arguments. Il a esquivé, menti, raconté des conneries et bien sûr pas dévié d’un yotta.

Et dit qu’il fallait être guidé par des principes.

J’ai parlé en dernier. Dit qu’il avait raison sur les principes. Que les principes obéissent aussi à des méta-principes : ils doivent être ouverts, ne pas interdire et fermer a priori, faire confiance aux gens et à leur capacité de faire des choses nouvelles, créatives et difficiles.

Que son avenir où l’énergie basé sur les renouvelables était un avenir en décroissance, pas une alternative aux scénarios avec charbon + CCS et nucléaire (nanana !) à richesse constante ou en économie en croissance. 

Qu’en fin de compte on frôlait les arguments religieux et qu’il y avait des aproches ouvertes, démocratiques, humanistes et des approches fermées et castratrices tdid not use quite this word!).

Et que sa réponse m’intéressait mais que je donnais une opinion, comme il l’avait fait, et qu’il n’était pas obligé de répondre.

Je me demande où ils trouvent leur légitimité et où ils élaborent leur prises de postions ? Je vais fouiner pour comprendre. J’aurais aussi pu demander au mec, mais on ne s’est pas trop parlé après.

Jeudi 19 février

Bonjour tout le monde,

grand froid sec avec -1°C ce matin.

Hier soir j’ai failli m’énerver tout rouge à la Part Dieu. Je recois dans l’après midi un coup de fil pour me dire que mon cardio est réparé. J’y vais en sortant du boulot. Le type me réclame un ticket. Je me souviens l’avoir jeté (Oups!!). Ok j’ai fait boulette. Je demande alors au mec comment on fait dans ce cas. Le mec se met à être audieux avec moi. J’avais le choix entre lui mettre ma main en travers de la tronche ou m’en aller en espérant qu’en fait j’avais classé le papier en question. J’ai ensuite enchainé sur un cours de natation. Y a un type, très sympa lui, qui m’a sollicité pour que je lui file quelques tuyaux pour mieux nager. Ca me fait bizarre car je suis techniquement très mauvais nageur lol.

En rentrant j’ai retourné l’appart pour retrouver le papier que je savais avoir jeté (l’energie du désespoir). Je ne l’ai évidemment pas trouvé. On rappellera la boutique aujourd’hui. Le problème vient du fait qu’ils ont plusieurs centaines de Polards en stock et que sans la référence numéroté, la recherche est longue (forcément ils connaissent pas l’informatique dans cette boutique!!). Ce soir je vais également récupérer mon enregistreur HD. Ca fait bcp en une journée, non lol?

Demain j’ai une reunion chez assystem avec un chef de la maitrise des risques qui voudrait s’incruster dans le nucléaire pour vendre leurs compétences. J’ai pas bien envie de l’aider car lors de nos discussions de la semaine dernière il n’était visiblement pas prêt à démarcher pour de l’environnement de son côté (Total, Arkema…).

Biz et bonne journée à tous.