The Birat Family Chronicles..

Les tribulations d'une famille éparpillée...

Greenpeace

Je me suis bien amusé aujourd’hui et j’ai joué au ping pong avec le mec de Greenpeace qui est venu nous raconter ce que son organisation pensait du CCS. Pas grand chose de bon en fait…

La dialectique est complètement totalitaire :

1. je crois que le réchauffement global est le principal problème auquel l’humainté doit faire face.

2. je crois que le CCS est dangereux, ne servira à rien, coûtera trop cher et détournera le public des choses qu’il faut vraiment faire, i.e. des énergies renouvelables.

3. donc, voilà la liste des précautions à prendre, qui à elle seules suffisent à tuer le bébé.

Complètement faux-cul ce raisonnement !

Les gens ont essayé de lui démonter ses arguments. Il a esquivé, menti, raconté des conneries et bien sûr pas dévié d’un yotta.

Et dit qu’il fallait être guidé par des principes.

J’ai parlé en dernier. Dit qu’il avait raison sur les principes. Que les principes obéissent aussi à des méta-principes : ils doivent être ouverts, ne pas interdire et fermer a priori, faire confiance aux gens et à leur capacité de faire des choses nouvelles, créatives et difficiles.

Que son avenir où l’énergie basé sur les renouvelables était un avenir en décroissance, pas une alternative aux scénarios avec charbon + CCS et nucléaire (nanana !) à richesse constante ou en économie en croissance. 

Qu’en fin de compte on frôlait les arguments religieux et qu’il y avait des aproches ouvertes, démocratiques, humanistes et des approches fermées et castratrices tdid not use quite this word!).

Et que sa réponse m’intéressait mais que je donnais une opinion, comme il l’avait fait, et qu’il n’était pas obligé de répondre.

Je me demande où ils trouvent leur légitimité et où ils élaborent leur prises de postions ? Je vais fouiner pour comprendre. J’aurais aussi pu demander au mec, mais on ne s’est pas trop parlé après.

1 Comment

  1. Sur les énergies renouvelables, ils trouveront souvent des green peace de green peace car pour moi un barrage c’est peut etre pire qu’une centrale nucléaire. Je parle par des hydroliennes dont les impacts sont sans doute pas négligeables.
    Sinon sur la croissance, je suis nul en thermmodynamique mais je pense pas qu’on puisse croitre indéfiniment…

Comments are closed.